Apply

Web

France 5 – La Maison des Maternelles

20 septembre 2016

imgresAnglais maternelle

Retrouvez Babylangues et ses ateliers d’anglais pour les tout-petits dans la Maison des Maternelles.
Grâce à Carrie, le professeur anglophone, Diane et Victor profitent pleinement de leur immersion dans la langue anglaise. Jeux, lectures, chansons, comptines et jeux de doigts, des activités taillées sur mesure pour les plus jeunes, selon une méthode précise et ludique qui fait toute la renommée de Babylangues.

Un immense merci à Diane, Victor, Charline, Mathieu et Carrie !
Et un immense merci (bis) à Marie, la journaliste, professionnelle, curieuse et précise, en un mot : formidable !

20 minutes

5 février 2015

logoUne bonne initiation pour les petits

(…) Dans le même esprit l’institut Cervantès propose des ateliers gastronomie pour parler espagnol. Ainsi que des activités autour des arts plastiques, du cinéma, de la musique ou de l’art de la scène. La projection d’un film en espagnol suivi d’un débat ou une table ronde de présentation de l’exposition sont l’occasion non seulement d’entendre parler espagnol, mais aussi d’échanger avec les autres spectateurs. C’est aussi le moyen d’intégrer le bon accent. Par ailleurs, certaines de ces activités étant gratuites, la formule s’avère économique.

Pour les enfants, l’approche est tout autre. L’objectif n’est pas de les rendre bilingues, mais de les aider à s’imprégner d’une langue étrangère. L’école Wi School propose ainsi des ateliers ludiques (théâtre, yoga, musique, cuisine, crapbooking, origami, karaoké…) en anglais pour les 3 à 15 ans le mercredi, le samedi, ou en version hebdomadaire. «L’activité est le support pour pouvoir intégrer la langue progressivement. C’est en associant le geste à la parole que l’enfant va se familiariser avec l’anglais.», indique Flora Belot, la directrice de l’établissement. Et pour les plus petits, «ces ateliers permettent de déclencher la machine de l’apprentissage», souligne Flora Belot.

Les parents semblent d’ailleurs de plus en plus demandeurs de ce type d’activités pour initier leurs enfants à une langue étrangère, même si l’investissement n’est pas négligeable (450 euros par an pour un atelier hebdomadaire chez Wi School).  D’ailleurs de plus en plus d’organismes tels que Babylangues ou Speaking Agenci se sont engouffrés dans le créneau. Et ce n’est qu’un début…

Retrouvez l’article sur Babylangues et l’apprentissage précoce des langues sur le site de 20 minutes.

Metronews

3 juillet 2014

imgresBienvenue dans la galère du périscolaire. Moins d’école pour mieux d’école. Ok, c’est fait la réforme est passée. Mais. Si les journées raccourcissent pour les petits, tout le monde ne peut régler sa montre sur l’heure d’hiver en même temps. Il va bien falloir s’en occuper ou déléguer… A noter avant de se lancer dans la galère du périscolaire : bien vérifier les nouveaux horaires de SON école à la rentrée (le 2 septembre). Après, mode de garde économique, facile, hype ou éducatif… y à plus qu’à choisir. Et pour être au point à la rentrée, il vaut mieux s’en occuper dès le début de l’été.

Le + économique

Sans trop de surprise les modes d’accueil périscolaires proposés par le service public (Mairie etc.) sont les plus économiques. Enfin tout dépend de sa feuille d’imposition et du coefficient familial afférent (de 20 et 190 € par an à Lyon par exemple). Elles sont proposées par les communes jusqu’à au moins 16 h 30. Ensuite, garderie (en moyenne les horaires vont de 7 h 30 à 18 h 30), études et centre de loisirs prennent le relais. Les intervenants, agents spécialisés des écoles maternelles (ATSEM), animateurs, éducateurs d’activités physiques et sportives prennent le relais. Dans certaines communes, des conventions de partenariat avec des associations, des clubs sportifs, des réseaux d’enseignants volontaires (aide aux devoirs) ont été passées. Le + facile Passez par une agence de service, c’est bien pratique. L’offre est pléthorique et les sites fourmillent. Ce n’est pas pour autant la moins onéreuse : près de 18 € de l’heure (avant déduction fiscale) et des frais d’abonnement variables. Des CV actualisés et localisés, de la baby-sitter ponctuelle à la nounou périscolaire du quotidien, dépôt d’annonces, les agences en ligne fonctionnent presque toutes sur inscription payante : agence-nourrices.com, manounou.com, babynounou.fr, bebe-nounou.com (testé et approuvé par la rédaction), kinousgarde.com, kangouroukids.fr… Bref. Sinon, la vieille option de la petite annonce de baby-sitter au supermarché, à la boulangerie ou sur LeBonCoin marche encore. Pour faciliter les démarches administratives, si vous employez une personne à domicile : le site MillePépites s’occupe de tout (de la création du contrat, au calcul des vacances en passant par les déclarations Pages Emploi). Certaines nounous peuvent commencer à 6 h le matin. Le soir, vous pouvez aller jusque tard mais les heures supplémentaires commencent en général à 19 h.

Le + éducatif

Les faire garder OK. Mais si vous ne pensez pas que la télé soit la meilleure des baby-sitter, de nombreuses agences proposent des ateliers goûter, cours, peinture, arts plastiques, sorties culturelles et même de la garde en langue étrangère, avec une nounou ou des étudiants formés pour enseigner une langue à l’enfant (marche aussi pour les bébés). Compter entre 20 et 25 € de l’heure, mais certaines agrées permettent des aides (Crédit, CAF) et proposent même de diviser la note en deux en cas de garde partagée. Babylangues.com.

Pour lire l’article sur Babylangues et la garde d’enfants en anglais grâce à des natifs anglophones, cliquez ici.

L’Express

21 mai 2014

Logo_L'Express.svgComment initier tôt son enfant à l’anglais ?

Les ateliers babylangues, un éveil en douceur

Tous les soirs après la crèche ou l’école maternelle et les mercredis, les enfants vivent des situations réelles en anglais. Se laver les mains, manger leur goûter, faire un jeu, prendre le bain…

Céline, maman de Chloé, deux ans et demi, et Arthur cinq ans, a opté pour un baby-sitter américain de 19 ans. “Pour nous, il s’agissait de maintenir un niveau d’anglais déjà acquis grâce à deux ans passés à San Francisco.” Bilan après trois mois: “Ils sont à l’aise avec lui et n’ont pas perdu leurs connaissances.” Coût de l’opération avant déduction d’impôts: 1600 euros par mois. Un luxe inabordable pour la plupart des parents. Autre obstacle: trouver la perle rare. Les agences qui disposent de l’agrément pour la garde d’enfant de moins de trois ans comme Speaking Agency ou Babylangues croulent sous les demandes.

Retrouvez l’article dans son intégralité (concernant l’apprentissage précoce des langues et les babysitters anglophones de Babylangues) sur le site de l’Express.

Figaro Madame

26 mars 2011

Vignette pour la version du 17 décembre 2008 à 20-10

 

L’anglais au berceau

On n’attend pas le CE1 pour l’initier à la langue de Shakespeare. De la nurse en V.O. jusqu’à l’atelier d’éveil, en passant par les DVD pour bébé, toutes les options en la matière.

Une nounou anglophone
Des ateliers dès 12 mois
Depuis deux ans, Babylangues fondé par une enseignante, propose des ateliers très ludiques adaptés aux petits.
Deux formules
L’atelier in situ de quarante-cinq minutes se déroule en une succession de séquences (de trois minutes) mêlant spectacles, jeux corporels, comptines…
L’atelier à domicile permet de regrouper plusieurs enfants pendant une heure et demie.
La plus efficace ?
Le péri-scolaire : sortie de classe et surtout le mercredi non-stop (11€ l’heure après déduction fiscale, 10€ pour le mercredi, 30€ l’atelier d’une heure et demie).
www.babylangues.com

Lille Metropole

24 janvier 2011

Le portail des habitants de Lille M_tropole, page d'accueilDevenir bilingue, un jeu d’enfant ! NOUNOU BILINGUE lille

En jouant, en prenant son goûter ou son bain, en s’amusant auprès de sa baby-sitter anglophone ou hispanophone, l’enfant apprend naturellement une autre langue. Le concept : proposer des nounous – principalement des étudiantes – dont la langue maternelle est l’anglais, l’allemand, le chinois ou l’arabe…[…] Concrètement, les sorties d’école et la garde du mercredi deviennent « des temps d’exposition à une autre langue ». L’enfant entre en contact naturellement avec la langue étrangère.
Chez Babylangues, depuis 2008, la fondatrice de cette entreprise propose un service de garde assuré par des intervenants de langue maternelle anglaise. « L’idéal est d’être en contact avec l’anglais un petit peu chaque jour », explique Caroline Benoit-Levy, professeure et formatrice, passionnée par les langues et par les tout-petits. Toutefois, deux ou trois gardes dans la semaine permettent de progresser. Sa méthode s’appuie sur les rituels du quotidien : en rentrant de l’école, retirer ses chaussures, se laver les mains… et répéter des mots, des chansons, jour après jour, permet à l’enfant de se les approprier naturellement. « Les résultats sont époustouflants. Mais cela n’a rien de magique, on ne devient pas bilingue en quelques mois », prévient Caroline Benoit-Levy. Pour elle, le bénéfice est ailleurs : « Quel enrichissement de combiner différentes manières d’exprimer les choses, les sentiments ! » www.babylangues.com

Nounou bilingue Lille

Elle

19 août 2010

LogoELLEL’anglais pour les petits

Une nanny

Et pourquoi ne pas choisir une baby-sitter anglaise pour s’occuper de vos enfants à la sortie de l’école ? Plusieurs entreprises se sont lancées sur ce secteur et proposent à quelque chose près les mêmes prestations. A travers des jeux ou des dialogues de la vie quotidienne, votre enfant communiquera en anglais avec sa nounou.
Une méthode simple et efficace pour le plonger à sa vitesse dans l’anglais.
En pratique
Les entreprises recrutent des intervenants de langue maternelle anglaise, les forment et leur mettent à disposition une mallette composées de livres, jeux et chansons… L’enfant est initié à l’anglais à travers son quotidien : jeux au parc, goûter…
Chez qui?
Babylangues (photo)
A partir de 10 €/heure après déduction fiscale de 50% des impôts.
Offre de services sur Paris, Bordeaux et Nantes
>www.babylangues.com

Pour retrouver l’article dans son intégralité, la garde d’enfants en anglais et les nounous anglophones de Babylangues, cliquez ici.

Libération – L’Express – La Dépêche

25 mai 2009

logo_liberationLogo_L'Express.svg www.ladepeche

Cours anglais POUR enfant

AFP  – A Bordeaux, les bébés s’initient à l’anglais
Caroline Benoit Levy donne un cours d’anglais ludique, le 20 mai 2009 à Bordeaux, à des enfants de moins de 3 ans
Patrick Bernard AFP
Une association propose depuis quelques mois à Bordeaux des cours d’anglais pour les moins de trois ans, en partant du principe qu’au plus tôt un enfant se familiarise avec une langue étrangère au mieux il en restitue les sons et les accents. “La période la plus favorable à l’apprentissage se situe entre 0 et 7 ans mais il est préférable de commencer avant que l’enfant parle, car avant 3 ans, il perçoit tous les sons”, affirme Caroline Benoit-Levy, qui propose ces cours d’anglais dès 12 mois. Cette linguiste de formation, qui s’intéresse depuis longtemps à l’apprentissage précoce, a mis en place des ateliers destinés à des groupes de cinq enfants. Durant 45 minutes, elle s’adresse uniquement à eux en anglais, alternant chansons, petites histoires ou jeux. Les plus grands – 2 à 3 ans – répètent les mots et les plus avancés vont même jusqu’à élaborer des petites phrases. Tranquillement installés sur les genoux de leurs parents, les plus petits tapent des mains en entendant la chanson “clap your hands”.
“J’essaie de démultiplier les manières d’apprendre afin que chacun y trouve son compte”, explique cette professeur, qui a longtemps formé à l’apprentissage de l’anglais de futurs professeurs des écoles. Quelques mois après l’ouverture de “babylangues”, elle s’étonne encore des progrès faits par les enfants. “Certains arrivent même à des productions spontanées”, souligne-t-elle. C’est le cas de Salma, tout juste 3 ans. Cette petite fille dont les parents sont marocains et qui entend parler arabe à la maison, “progresse très vite”, affirme l’enseignante. “Elle me dit spontanément des mots en anglais, c’est génial!”, s’enthousiasme sa mère, Wafa Mohit. Pour Mme Benoit-Levy, cela n’a rien de surprenant car “les enfants qui sont déjà exposés à une seconde langue vont plus vite vers une troisième”.
Si l’apprentissage d’une deuxième langue avant 3 ans a fait l’objet de recherches à l’étranger, notamment aux Etats-Unis, les linguistes français ne se sont pas encore vraiment penchés sur la question.
“Je souhaite aller voir ces cours pour avoir un avis plus précis car pour le moment, j’ai uniquement mené une expérience avec des 5-6 ans”, explique Isabelle Hesling. Cette linguiste angliciste, qui travaille à Bordeaux pour une unité mixte de recherche en “imagerie moléculaire fonctionnelle”, estime cependant important de “familiariser” tôt les enfants “avec la prosodie de la langue”. “Cela aide à mieux entendre les sons et mieux les reproduire”, affirme aussi Barbara Abdelilah Bauer, linguiste et spécialiste de psychologie sociale. Selon Mme Hesling, à partir de 10-12 ans, c’est trop tard, puisqu’ils sont alors atteints de “surdité phonologique”. Un point de vue partagé par le célèbre linguiste Claude Hagège. “Onze ans est le seuil fatidique en raison de la sclérose des synapses” qui rend les élèves “moins capables d’apprendre à prononcer les langues étrangères par imitation”, souligne-t-il. Il estime cependant qu’en dessous de 3 ans, “c’est trop tôt car les structures de la langue maternelle ne sont pas encore en place”. Pour sa part, Mme Bauer pense que si cette “sensibilisation a un effet positif pour l’enfant”, il ne faut cependant pas s’attendre à ce qu’il devienne bilingue avec 45 minutes hebdomadaires. C’est pour compléter ces apprentissages en ateliers, que Babylangues vient de mettre en place un service de garde à domicile en langue anglaise.
Lire l’article sur La Dépêche.fr  COURS ANGLAIS POUR ENFANT