Ils parlent de babylangues

Retrouvez sur cette page toutes les publications concernant Babylangues dans les médias.

Par support

Nounou-anglaise-bordeaux
Apply

Sud-Ouest 28/08/2009

28 août 2009

Nounou anglaise Bordeaux

Logo_Journal_Sud_OuestEDUCATION – L’anglais au berceau
L’agence Babylangues veille sur les tout-petits dans la langue de Shakespeare (Nounou anglaise Bordeaux)
Dialoguer en anglais est devenu essentiel. A l’âge adulte, commencer l’apprentissage peut s’avérer bien compliqué. Alors mieux vaut débuter très tôt. Babylangues services, société créée en mars dernier, permet aux enfants dès 12 mois de se familiariser aux sonorités de la langue de Shakespeare. « A l’origine, Babylangues était une association qui proposait des ateliers d’initiation où les tout-petits venaient avec leurs parents. Suite aux multiples demandes, nous avons créé en parallèle Babylangues Services, structure de services à la personne », explique Mathias Benoit-Levy, le créateur de la structure.
Réceptivité accrue
Il s’agit en fait d’une forme de babysitting amélioré. Les enfants sont en contact avec des intervenants qui ne communiquent que dans l’idiome de Shakespeare. « Avant l’âge de trois ans, l’oreille perçoit tous les sons et les petits répètent rigoureusement ce qu’ils entendent », explique Caroline, co-fondatrice de l’enseigne et linguiste de formation. La France semble avoir du retard par rapport à des pays comme les Etats-Unis, face à ces méthodes d’apprentissage précoce. Or, d’après des études scientifiques, apprendre tôt s’avère être la meilleure technique pour parler couramment une deuxième, voire une troisième langue, puisque la réceptivité est accrue à cet âge de la vie.
Des intervenants qualifiés
La société emploie des intervenants triés sur le volet. Tous sont natifs de pays anglophones et recrutés selon des critères stricts. L’anglais doit être impeccable, cela va sans dire. Mais les intervenants doivent également être habitués à travailler au contact d’enfants. « Ils doivent être capables de se mettre en scène, car il faut immédiatement créer du lien avec les enfants. Le rapport affectif est primordial », ajoute Caroline. Ce type de structure est une première en France mais, au vu de son succès, des annexes vont ouvrir à Paris, Nantes et Toulouse.
SUD-OUEST | édition du 28 août 2009 | Bérénice Le Mestre